48-Arzenc de Randon-LOZERE-3-154 (Copier)Monographie communale rédigée par M.Chabanon, instituteur d’Arzenc de Randon, le 30 juin 1862 (texte écrit en italique)

Cours d’eau, Fontaines, marais, étangs, plaines, vallées, forêts et cavernes  
Relativement à ses cours d’eau, la commune d’Arzenc fait partie de deux des principaux bassins de la France : celui de la Loire et celui de la Garonne, ce qui semble suffisamment indiquer un pays élevé et un climat froid, tel qu’il se trouve en effet.

48-Arzenc Randon-5La principale ligne de partage des eaux se trouve le Puech de Mounmenton, sur le Palais du Roi, et ensuite plus avant dans la montagne Puech Ferrio ou de l’Harmitanié.C’est au bassin de la Loire que se rallie la plus grande partie du territoire de la commune.

Le Chapeauroux, qui est l’un des principaux affluents de l’Allier, comme celle-ci l’est de la Loire,prend, on peut le dire, naissance dans la commune d’Arzenc, car les quelques mètres que le Valat de Chapeauroux coule dans la commune d’Estables, sont insignifiants. Mais en entrant dans la commune d’Arzenc, près le Liraldès, il est immédiatement alimenté par la fontaine appelée « Chapeauroux », et recevant, presque en même temps, les eaux du Valat del Gas des Azes et de celui du Prat de Levers, il prend le nom de Chapeauroux.

48-Arzenc Randon-5Il reçoit ensuite les eaux du ruisseau des Mattes, de celui de la Lèche, de Coumbe Bouchard et de celui de Biouliaire ou du Crouzet, cours d’eau qui prennent tous naissances dans la commune d’Arzenc, à l’exception du dernier qui la prend dans celle de Saint Sauveur de Ginestoux.

Arrivé entre Granouilhac et Cougoussac, aux confins d’Arzenc et de Châteauneuf, le ruisseau du Chapeauroux se grossit de celui de la More, et il porte, dès lors, le nom de « rivière du Chapeauroux », jusqu’à son confluent avec l’Allier, dans la Haute-Loire.

48-Arzenc Randon-5Le ruisseau de la More, avant de confluer avec le Chapeauroux, reçoit, à son tour, le ruisseau de Théroundets qui prend encore naissance dans le terroir d’Arzenc, au Puech de Moumenton.

C’est sur le ruisseau de la More qui longe, pendant une étendue assez considérable les deux communes d’Arzenc et de Châteauneuf, qui leur sert de limites, que se trouve le Moulin de Cougoussac, et non loin du même ruisseau, se trouve une fontaine appelée « la Glaouse », dans le terroir d’Arzenc, sur le chemin d’Albuges à Châteauneuf, à laquelle se rattache un souvenir historique bien digne de remarque quoiqu’il ne soit pas d’ailleurs fort authentique.

48-Arzenc Randon-5On rapporte qu’en 1380, faisant le siège de Châteauneuf, le Connétable Duguesclin, accablé de fatigue et pressé de la soif, ayant bu inconsidérément de l’eau de la Fontaine de la Glaouse, elle occasionna, à l’illustre guerrier, une pleurésie qui dans peu de jours conduisit le grand homme au tombeau. Fait assez vraisemblable, s’il était réellement établi que le Connétable fût mort d’une pleurésie.

48-Arzenc-Randon-5La section de la commune d’Arzenc, qui fait partie du bassin de la Garonne, est désignée sous le nom de « section de Charpal » et se trouve située sur le versant SO de la Margeride, par rapport à Arzenc.

Les valats qui y prennent naissance sont le Valat de Combe-Grosse et ceux de Combe-Maraou, des Croses et de l’Harmitanie, qui joignent tous bientôt le ruisseau de Charpal, plus considérable, qui va se jeter dans la Colagne, laquelle conflue avec le Lot.

48-Arzenc-Randon-5Le terrain de cette partie de la commune d’Arzenc est presque entièrement inculte ; on n’y trouve aucune habitation, si ce n’est le hameau de Charpal qui n’est généralement habité que pendant la saison d’été, lorsque les troupeaux du Languedoc paccagent aux environs.

48-Arzenc-Randon-5Il ne se trouve aucun marais, étang, ni caverne dans la commune d’Arzenc qui méritent d’être signalés. Par rapport aux fontaines, on ne remarque que ce qui a été dit sur celles du Chapeauroux et de la Glaouse.

48-Arzenc-Randon-5Les vallées, les plaines et les forêts n’offrent non plus aucune particularité digne de remarques.

Observations générales
Dans la commune d’Estables, limitrophe de celle d’Arzenc, se trouve un mamelon appelé « Randon » et c’est de lui, sans doute, que les Seigneurs de Randon avaient pris ce qualificatif, et qu’on l’a même ajouté à Arzenc, comme à Rieutord et Châteauneuf.

48-Arzenc-Randon-5La commune d’Arzenc est bornée, à l’est, par celle de Châteauneuf, la Rouvière et le Born, à l’ouest, par Rieutord et Estables, et au nord, par Saint-Sauveur de Ginestoux et Saint-Jean la Fouillouse.

Le terroir de la commune d’Arzenc est en général assez fertile dans ses bas-fonds, mais elle est plus remarquable sous le rapport de ses herbages qui, cependant pour la plupart, ne sont que de médiocre qualité, surtout les pâtures situées sur la Margeride et destinées au parcours des troupeaux du Languedoc.

48-Arzenc randon-22-1

48-Arzenc-Randon-5Il ne me reste aucun autre fait à signaler pour la commune d’Arzenc, sinon que pour donner mes leçons de géographie, je me propose de faire usage de la feuille d’assemblage du plan cadastral, véritable carte géographique de la commune. Et pour ne pas préjudicier la pièce cadastrale, j’en calquerai une copie pour l’usage de l’école. Je tâcherai ensuite de me procurer une carte assez détaillée du département de la Lozère, pour le même usage, car je juge celle que j’ai insuffisante. (Voilà un instituteur très impliqué et admirable !)

48-Arzenc-Randon-5Fait en triple original, à Arzenc de Randon, le 30 juin 1862 – signé : l’instituteur Chabanon

Ce ne sont pas tous les instituteurs qui ont rédigé de telles monographies détaillées, demandant beaucoup de temps pour trouver tous ces renseignements ! Pas de véhicules, pas d'internet, pas de réponses faciles auprès des habitants !!....